La dune

Les dunes côtières

Qu’est-ce qu’une dune?

Une dune est une accumulation de sable formée par le vent et l’action des vagues ; elle est recouverte de végétation. Les dunes sont des structures dynamiques qui changent constamment. Elles peuvent avancer de 60 à 80cm par an.

Importances des dunes

Les dunes côtières agissent comme une barrière naturelle lors des tempêtes et des fortes marées ; elles protègent le paysage et les bâtiments. Elles permettent de réalimenter la plage en sable et forment un habitat naturel pour beaucoup d’espèces d’animaux et de plantes.

Fixation

Elles ont été fixées à partir du début du 19ème siècle, en particulier par l’ingénieur Nicolas Brémontier. On y a planté des oyats (Ammophila arenaria), appelés à cette époque en gascon « gourbets » qui retiennent le sable poussé par les vents. Les oyats ont des feuilles enroulées sur elles-mêmes, ce qui les protège de l’abrasion par le sable et de l’évaporation. Par ailleurs, leurs racines sont très étendues et forment une sorte de filet qui maintient la dune stable.

Et puis, la  loi d’assainissement et de mise en culture des Landes de Gascogne de juin 1857, imposa à toutes les communes des Landes de Gascogne (dont la Gironde faisait partie) de boiser leur territoire. Cela marque le début d’une période de profondes modifications du paysage et des mœurs dans cette région, avec la création d’une forêt de protection juste derrière les dunes mobiles pour empêcher leur avancement dans les terres.

Souvent en bordure d’Atlantique, et en particulier à Euronat, la dune offre 3 types de paysages :

-la dune blanche, non fixée qui commence en haut de la plage
-la dune grise, fixée
-la dune boisée

Qu’est-ce qui menace les dunes ?

De nos jours plusieurs facteurs menacent les dunes. Les facteurs naturels comme les tempêtes et les fortes marées leur causent des dommages sérieux et augmentent le phénomène d’érosion. Les humains contribuent aussi à leur détérioration lorsqu’ils y marchent ou y jouent.

Saviez-vous que le piétinement est le pire ennemi de l’oyat? Dix pas peuvent suffire à détruire un plant et sans cette plante, les dunes n’existeraient pas.

D’autre part les chemins tracés de la dune à la plage par la marche ou les glissades créent des couloirs d’érosion importants. Au départ, ils peuvent sembler anodins mais on remarque que les rigoles de passage qui mesurent 20 cm de profondeur en été deviennent des brèches de 50 à 60 cm en hiver sous l’action du vent, favorisant le recul du sable. On les nomme d’ailleurs quelquefois « siffle-vent ».

Techniques de protection des dunes

On a tenté de protéger les dunes en installant des clôtures de bois. Ces clôtures peuvent être utiles durant l’été pour contrôler l’accès aux dunes mais durant l’hiver elles résistent mal aux tempêtes. Il est possible de favoriser l’ensablement des dunes de manière simple et efficace en plaçant des branches d’arbustes et d’arbres au pied des dunes. Cette technique aide à réduire l’érosion et favorise la régénération naturelle de la dune. L’utilisation de matériaux végétaux à l’avantage de ne pas laisser de débris non biodégradables.

L’ONF (Office National des Forêts) supervise en général ces dépôts de végétaux car il n’est pas possible de placer sur la dune n’importe quelle sorte de déchets verts car ils peuvent contenir des débris et des graines de plantes invasives.

A notre niveau, nous pouvons contribuer à protéger la dune en n’y jouant pas, en n’y marchant pas, en évitant de déranger les oiseaux qui nichent près d’elles, en n’y prélevant ni plante, ni fleur.

Odile Henneguelle, 22 septembre 2019

Sources : Documents de l’Observatoire de la Côte Aquitaine ; conférence du CPIE (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement)

Photos prises par Odile Henneguelle dans Euronat