Chats à Euronat – Interview avec Petra Zidek

Vous l’avez sans doute rencontrée sur son vélo quand elle fait le tour d’Euronat pour aller donner à manger aux chats qu’elle a trouvés sur le terrain. Petra, c’est une des „petites mains“ d’Euronat, une femme discrète qui chaque jour, s’affaire à  nous rendre la vie plus facile. Imperturbablement, été comme hiver, elle s’occupe des chats, qu’on a laissés sur le terrain involontairement ou pas… Sans elle, ils se multiplieraient jusqu’à devenir très dérangeants et incontrôlables. Nous avons voulu rencontrer Petra pour qu’elle nous parle de son activité, de ses réussites et aussi des ses difficultés.

 Question: Comment  en es-tu arrivée à t’occuper des chats ? 

PZ : Je me suis retrouvée dans cette situation à cause de mon propre chat ; d’autres chats sont venus se nourrir chez moi, des chats errants ; on aime bien aider et je me suis dit „Pourquoi pas“. Je ne savais pas du tout dans quoi je m’embarquais. 

Nous nous sommes installés ici il y a 15 ans et l’hiver est très monotone, alors pourquoi ne pas aider ? La réalité était différente de maintenant, à l’exception des abris pour les chats où je devais apporter de la nourriture; à l’époque, il n’y en avait que deux. Mais j’ai vite vu le problème, il y avait beaucoup de chats affamés, il y en a eu jusqu’à une centaine sur le terrain et, surtout, ils n’étaient ni castrés ni stérilisés. J’ai donc acheté un piège et je les attrapais au fur et à mesure, ce qui n’a pas toujours été facile ; il fallait les y attirer. Ensuite, je les mettais dans une boîte pour les ramener  à la maison; j’allais chez le vétérinaire dès 9 heures du matin et je revenais les chercher le soir. Puis retour chez moi, et quand tout allait bien, je les laissais là où je les avais attrapés. Et c’est ainsi qu’en 15 ans, nous avons fait stériliser ou castrer 150 chats. J’ai donc parcouru des kilomètres pour aller chez le vétérinaire sans jamais recevoir un centime pour ces déplacements.

Comme je vais chez le vétérinaire de Soulac depuis 15 ans, j’y arrive toujours sans rendez-vous et j’ai pu obtenir un prix pour les traitements.

Question : D’où viennent tous les chats ?

PZ : Bonne question; on nous l’a déjà posée des milliers de fois. Si je le savais, je ramènerais les chats d’où ils viennent en un rien de temps, vous pouvez me croire.

Selon moi, la plupart des chats sont délibérément abandonnés ici. Ils sont amenés ici peut-être par des ouvriers et du personnel de nettoyage ou laissés, sans doute aussi, par des employés des restaurants lorsque la saison est terminée ; ils restent sur Euronat à cause de certains vacanciers qui les abandonnent ici sciemment ou dans des circonstances malheureuses, parce qu’ils n’ont pas pris leur animal en charge à temps. On a aussi déposé dans les bois des petits chats qui n’avaient même pas encore ouvert les yeux. Et je pourrais encore vous raconter de nombreuses histoires bien tristes. Mais il n’y a pas que des chats qui sont restés seuls ici, il y a aussi des chiens. Parfois, une famille est disposée à les accueillir. On se demande souvent quel genre de personnes peuvent  accomplir de tels actes en abandonnant délibérément des animaux. 

Mais il y a aussi eu de belles histoires. Des propriétaires sont venus d’Espagne, de Marseille, de Lyon, d’Allemagne, pour récupérer leur chat. Ou alors, quand il y a eu des petits, ils ont été adoptés et ont ainsi trouvé un nouveau foyer, ce qui fait toujours plaisir.

De plus en plus de vacanciers amènent leur chat en vacances; la tendance est à la hausse, et cela commence quelquefois  malheureusement mal dès le premier jour de vacances. Voiture ouverte, maison ouverte. Le chat s’en va. Et puis il se retrouve devant la porte et ses propriétaires ne savent pas comment faire. C’est bien de mettre une barquette de croquettes devant la porte le soir… La plupart du temps, quand tout est calme, le chat revient, mais il faut alors rester éveillé pour l‘accueillir… Dans le pire des cas, il repart et nous avons alors un problème quand les vacanciers doivent retourner chez eux. 

Euronat devrait attirer davantage l’attention des vacanciers sur le fait qu’en tant que propriétaires, les estivants sont tenus de ramener leur animal. La sécurité devrait également être plus attentive à cela pour Euronat. Car en fait, ce n’est pas notre travail de prendre soin des animaux laissés sur place. Nous le faisons bénévolement depuis toutes ces années, sinon que deviendraient-ils ? Nous nous demandons comment Euronat résoudrait le problème.

Ainsi, depuis quelques années, nous nous occupons d’un effectif constant de 20 chats stérilisés. La plupart sont déjà âgés, entre 10 et 20 ans. De nombreux vacanciers, qui viennent chaque année, sont également heureux de revoir les chats sur leur lieu de vacances. C’est ainsi que des relations amicales se sont nouées à leur niveau avec les chats et avec nous.

 Mais pour les vacanciers qui ont un chat, nous leur conseillons toujours de laisser leur animal à la maison si possible. Car ici, ce n’est pas le paradis, la vie est dure et stressante en toute saison pour ces animaux, croyez-nous. En agissant ainsi, ils épargnent à leur chat beaucoup de problèmes…et à nous aussi.

Question : Comment les chats acceptent-ils les soins ?

PZ : Lorsque l’on trouve un animal apeuré par hasard, il faut généralement un certain temps pour qu’il prenne confiance. Bien sûr, cela passe toujours par la nourriture et les paroles. Ils sont extrêmement reconnaissants de tout ce que l’on fait pour leur faciliter un peu la vie ici. Ils sont ainsi habitués à des repas à heure fixe et à des paroles affectueuses accompagnées de nombreuses caresses. Qu’on le veuille ou non, une relation très proche s’installe, c’est tout à fait normal.

C’est ainsi que depuis 3 ans, je suis reconnaissante de tout cœur à une amie des chats qui m’aide merveilleusement bien quand elle est là. C’est un grand soulagement pour moi, nous nous partageons ainsi le travail. Je remercie aussi chaleureusement tous les propriétaires de maisons qui sont là où les chats ont trouvé un foyer ou qui nous soulagent en prenant soin des chats.

Mais depuis des années, il y a aussi des problèmes avec les chiens qui ne sont pas tenus en laisse ou qui se promènent simplement sans être accompagnés. Ils mangent souvent la nourriture des chats et ce n’est pas normal, d’autant plus que les propriétaires le savent. Ils ne se préoccupent pas de savoir où nous trouvons l’argent pour la nourriture, que nous dépendons des dons. Et quand on leur parle, ils répondent : “Oui, je sais“, mais rien ne change.

Nous avons déjà placé la nourriture sur des tables, mais les chiens y sautent aussi. C’est un éternel problème.

A cause du Corona, nous n’avons plus fait de vente de gâteaux à Pâques depuis trois ans. Bien sûr, cette source de revenus nous manque beaucoup. Je ne sais pas quand nous aurons l’occasion d’une autre vente et si nous pourrons la faire. Beaucoup de ceux qui aimaient faire des gâteaux ne sont plus là ou sont devenus trop vieux et disent qu’ils ne peuvent plus aider.

Question : Quels sont les coûts annuels ?

PZ : Chaque année, nous avons besoin de 2500 à 3000 euros pour la nourriture et les frais vétérinaires. 

Question : Comment est-il possible de t‘aider ?

PZ : Nous conseillerions à l’IFE de discuter avec Euronat afin que les personnes arrivant sur le terrain reprennent leurs animaux lors de leur départ. Les règles concernant le traitement des animaux sur le terrain devraient en principe aussi être annoncées et contrôlées par Euronat.

Ce serait très bien si nous trouvions quelques personnes qui aiment les animaux, qui s’y connaissent en chats et qui pourraient ainsi nous aider, surtout quand on n’est pas sur place, que ce soit pour cause de maladie ou de voyage. Ils pourraient aussi simplement nous aider de temps en temps ou régulièrement, cela nous donnerait moins de travail et ce serait plus facile pour nous. 

 Question : Les chats âgés s’habituent-ils encore à un nouveau foyer ?

PZ : Mais bien sûr ! Ils sont tous adorables, reconnaissants de toute attention, car ils n’ont pas eu une vie facile. Ils paraissent quelquefois  plus reconnaissants que certains humains. C’est pourquoi nous sommes contents quand un chat peut trouver un bon foyer.

Euronat est perçu par beaucoup comme un paradis, mais ce n’est le cas que pour les animaux domestiques qui ont un foyer.

Nous souhaitons, que les chats aient une vie supportable ici à Euronat, que les animaux puissent y vieillir dignement, sans que personne ne leur fasse de mal. Nous voulons tous vivre en paix ici, et il devrait y avoir un endroit paisible pour chaque chien et chaque chat, à Euronat.

Dans ce sens, restez à nos côtés ; nous nous réjouissons de chaque don, qu’il soit matériel ou financier.

Et pour finir, une pensée, attribuée à Oscar Wilde :

Les amoureux des chats sont différents en ce sens qu’ils ne sont pas des types blasés. Comment pourraient-ils l’être avec un chat qui dirige leur vie?

Propos recueillis par C. Büttner et E. Schwichtenberg
Transcription, mise en forme et traduction : O. Henneguelle, C. Büttner et E. Schwichtenberg

Si vous pensez que l’action de Petra est  bénéfique pour Euronat et que vous voulez vous y associer, vous pouvez le faire :
– Soit en vous engageant  pour l’aider de temps en temps ou plus régulièrement ou encore, quand elle doit s’absenter, selon vos disponibilités. Contactez-la chez elle au 2, Andes.
– Soit en soutenant son action financièrement ou avec des dons en nature (nourriture pour chats…) que vous pouvez déposer chez elle au 2, Andes.

Coordonnées bancaires de Petra Zidek :
Crédit Agricole d’Aquitaine
FR 76 1330 6000 4208 4724 9108 030